denis_sea_monsters_tate
Lever de soleil avec monstres marins

J.M.W Turner (1775-1851), vers 1845.

Huile sur toile, 91,4 x 121,9 cm.

Londres, The Tate Britain, Clore Gallery.

Peint aux alentours de 1845, ce tableau compte parmi les œuvres les plus énigmatiques de Turner.

Le soleil, à peine levé, inonde de lumière la mer et le ciel. Au milieu des flots brunâtres, un groupe de curieux monstres baroques fait surface, la bouche ouverte, fixant le spectateur de leurs yeux ronds et vitreux. On en distingue facilement deux, ainsi que plusieurs poissons, plus à gauche. L’artiste s’est probablement inspiré de mappemonde ancienne où l’on avait coutume de rajouter des poissons fabuleux, capable d’avaler des galions entiers, au milieu des océans.

Dans cette toile que qu’il ne destinait pas à être exposée, Turner  montre son intérêt pour les animaux marins fantastiques, déjà palpable, par exemple, dans la toile Négriers jetant par-dessus bord les morts et les mourants – approche d’un typhon (huile sur toile, 1840, j’y consacrerai un article prochainement) où il avait représenté des créatures hideuses avalant les esclaves jetés à la mer.

Ce qu’il y a de curieux dans Lever de soleil avec monstres marins, c’est que les monstres en question ne paraissent nullement menaçants ou à la poursuite de quelque proie (pourquoi pas un navire plein d’innocentes victimes, comme on pourrait s’y attendre ?), ils se contentent juste de regarder hors de l’eau, comme si leur présence était tout à fait naturelle, on a la sensation d’assister à un évènement quotidien, rituel, à croire que chaque matin, à l’aube, ces monstres émergent quelques instants avant de replonger dans les abysses.

La très grande liberté plastique de cette œuvre joue un rôle non négligeable dans la perception que l’on a de la toile. La touche très enlevée et l’utilisation fréquente du couteau à palette donnent l’impression que les monstres sortent littéralement de l’épaisse couche de peinture tout en semblant prêt à s’y refondre comme dans l’océan, ce qui fait ressentir davantage le caractère fugace de la scène.

Cette très belle toile de Turner est exposée à la Tate Britain, (ancienne Tate Gallery) plus précisément dans la Clore Gallery, qui rassemble le legs Turner, à Londres dans le quartier de Westminster (en métro descendez à Pimlico Station).

D.